RÉFLEXIONS SUR LA CATÉGORIE JURIDIQUE DES MEGAS EN DROIT CAMEROUNAIS

Post Visitors:14

RÉFLEXIONS SUR LA CATÉGORIE JURIDIQUE DES MEGAS EN DROIT CAMEROUNAIS

10.5281/zenodo.6643088
Cite all versions? You can cite all versions by using the DOI 10.5281/zenodo.6640158. This DOI represents all versions, and will always resolve to the latest one.

MBILONGO Alain Martial, Ph.D en droit privé, option droit des affaires, Assistant Université de Yaoundé II- SOA, Département de Droit des affaires

Résumé

Dans un contexte caractérisé par le développement fulgurant des télécommunications électroniques et des nombreux services y subséquents, sans occulter l’émergence de la criminalité virtuelle incarnée par les piratages informatiques des produits des opérateurs de télécommunications électroniques, les mégas sont ancrés dans notre écosystème social : que sont-ils véritablement au plan juridique ? La question de l’appréhension juridique des mégas est lancinante, urgente et mérite une réflexion méthodique et ordonnée sous le prisme du droit. Seulement, il reste à savoir si on peut assimiler les mégas à un ovni juridique ? Si non, le régime y découlant protège-t-il suffisamment les opérateurs de télécommunications électroniques en cas d’appropriation frauduleuse des mégas ? Cette double interrogation qui constitue l’objet de notre étude a permis de dégager un double constat. D’une part, il résulte de l’analyse des textes que les mégas sont un ovni juridique apparent car pouvant être rattachés aux biens meubles incorporels et d’autre part, les intérêts des opérateurs de télécommunications électroniques sont imparfaitement protégés par les textes encadrant la répression civile et pénale en cas d’appropriation indue des mégas.

Mots clés : Mégas, Catégorie juridique, Répression, Télécommunications électroniques, Abonné, Biens.


REFLECTION OF THE LEGAL CATEGORY OF INTERNET CONNEXION IN CAMEROONIAN LAW

MBILONGO Alain Martial, Ph.D en droit privé, option droit des affaires, Assistant Université de Yaoundé II- SOA, Département de Droit des affaires

Abstract

Amid explosive growth of electronic telecommunications and the numerous services that follow, without concealing the emergence of cybercrime embodied by hacking the products of electronic telecommunications operators, mobile data are anchored in our social ecosystem: what are they really in legal terms?  The question of the legal apprehension of mobile data is nagging, urgent and deserves a methodical and orderly reflection under the prism of the law. The only question that remains is whether mobile data can be considered as a legal unidentified object? If not, does the resulting regime sufficiently protect electronic telecommunications operators in the event of fraudulent appropriation of the mobile data?  This twofold question, which is the subject of our study, has led to two observations. On the one hand, it results from the analysis of the texts that the mobile data are an apparent legal unidentified object because, they can be attached to intangible movable property, and on the other hand, the interests of electronic telecommunications operators are imperfectly protected by texts framing civil and criminal liability in the event of undue appropriation of the mobile data.

Keywords: Mobile data, Legal category, repression, Electronic telecommunications, Subscriber, Property.


MBILONGO Alain Martial- RÉFLEXIONS SUR LA CATÉGORIE JURIDIQUE DES MEGAS EN DROIT CAMEROUNAIS


Cite as
MBILONGO Alain Martial. (2022). RÉFLEXIONS SUR LA CATÉGORIE JURIDIQUE DES MEGAS EN DROIT CAMEROUNAIS. REVUE DROIT ET SOCIETE, 1(5), 112–133. https://doi.org/10.5281/zenodo.6643088

TEXTE INTEGRAL

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.